jeudi 18 mai 2017

L'artiste est un prolétaire

      Ainsi, il doit manger, subvenir à ses besoins élémentaires, pour cela travailler. Pour illustrer ma thèse, deux exemples.

      Boris Bergman, ce grand parolier - notamment pour l'immense Bashung - de l'oeuvre duquel est extraite une partie de l'exergue de ce blog, pour payer son biftèque (ma sensibilité anti-spéciste violentée me fait rajouter : de soja) a commis ceci :


      Une autre version :


      Deuxième illustration, Sapho. Elle a besoin de payer son loyer, pas vous ?


      Cela ne l'a pas empêché de reprendre le Maître dans une langue magnifique et avec sa voix tellurique digne de lui, c'est rare.


      Mais aussi l'Astre d'Orient.


      Y en a bien qui fabriquent des pneus, chacun son domaine.

15 commentaires:

  1. Le fils naturel d'Ingmar et Ingrid, bien normal qu'il donnât dans le génie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les montagnards sont ainsi, ils ne peuvent s'empêcher de frayer les hauteurs.

      Supprimer
  2. Mais où allez-vous chercher tout ça, Wrob ?
    Le travail alimentaire du Bergman m'a fait remonter toute mon enfance. Quant aux "Sounds", homonyme d'un groupe new-wave plutôt cold, le scopitone est une merveille.
    Merci aussi pour les versions de Ferré et d'Oum Khalsoum mais quel rapport entre Sapho et la Bande à Basile ?

    RépondreSupprimer
  3. Merci Jules, j'adore les énigmes ! Je vais me pencher sérieusement et illico sur celle-ci : Quant aux "Sounds", homonyme d'un groupe new-wave plutôt cold, le scopitone est une merveille, en espérant que vous ne me l'avez pas proposée sous acide.
    Pour ce qui est de votre question, observez-bien la vidéo de La Chenille (je sais, plus de trois secondes c'est pénible, mais vous pouvez couper le son), vous y reconnaitrez Sapho, avant que l'âge l'ait embellie... Elle faisait bel et bien partie de la mythique Bande à Basile.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca y est, j'ai pigé ! Oui, c'est vrai que le vidéoclip est génial. Peut-être un peu parodique ? Ou même pas, mais ça transcende le truc.
      J'irai écouter le groupe NW dès que j'ai un moment, mes attributions de prolétaire aliéné m'appellent rageusement...

      Supprimer
    2. Merde alors, la belle Sapho chez ces neus-neus...
      Quant à l'acide, j'ai arrêté en 78, c'est mauvais pour les ratiches.

      Supprimer
  4. Pardon, il s'agit de THe Sound, tout bêtement :
    https://www.youtube.com/watch?v=M0FKEDexivA

    RépondreSupprimer
  5. Et puisqu'on goûte Oum Kalsoum par ici, ce modeste présent :
    https://www.youtube.com/watch?v=U1rb63spiFI

    RépondreSupprimer
  6. Ça me donne envie de remuer ma poitrine en faisant tinter mes médaillons ! Choukrane !

    RépondreSupprimer
  7. Et Dolores Montoya Rodriguez, alias Lole, la chanteuse du duo, n'a rien à envier à Sapho.
    Je crois que j'en suis encore amoureux et ça fait trente ans que ça dure...au moins.

    RépondreSupprimer
  8. J'avoue que je ne la connaissais pas. C'est maintenant chose faite, et j'irai l'écouter et la visionner un peu plus tard. Pour l'instant il fait assez chaud comme cela. J'aimais bien Amalia Rodrigues, pour passer du flamenco au fado, jusqu'au jour où on m'a appris qu'elle et sa musique s'accordaient très bien avec le salarizme. Enfin, il y en a d'autres. Até a proxima !

    RépondreSupprimer
  9. Outre posséder un voix d'or, la mère Amalia était une petite maline à la fois artiste officielle et cotisant en douce au parti communiste portugais (sait-on jamais...).
    Quant au flamenco, à quelques regrettables exceptions, il n'a jamais été particulièrement franquiste, bien au contraire.
    La musique représentative du nabot d'el Ferrol était plutôt le paso-doble.

    RépondreSupprimer
  10. Ah ! non, je ne pensais pas que le flamenco soit franquiste. Je m'y connais mal, mais je crois savoir que cette musique est gitane, ce qui ne me semble pas coller vraiment à l'idéologie phalangiste et son champion. Et on sait bien toi comme moi que c'est finalement Durruti qui a réussi à les mettre au travail ;-)

    Tiens, puisqu'on en est aux Rodriguez et dans un autre genre :

    https://youtu.be/0JwIDxDYyDs

    RépondreSupprimer
  11. Tiens, la Mala. Souvenirs, souvenirs...
    Il est clair qu'en général les Gitans laissent la politique aux "payos" (chez nous on dit gadjos). Côté atypiques à noter l'excellent chanteur anarchiste"El Cabrero" (toujours chevrier aux dernières nouvelles ou "Gente del Pueblo" , de la vraie sévillane marxiste-léninste !

    RépondreSupprimer
  12. Sur la photo on dirait Clint Eastwood, qui lui aussi est du côté des républicains, malheureusement pas les mêmes.
    "Il est clair qu'en général les Gitans laissent la politique aux "payos" : c'est ce qu'on voit bien, en ce qui concerne des gitans plus septentrionaux, dans le film Django, que je n'ai pas trouvé terrible d'ailleurs.

    RépondreSupprimer

Y a un tour de parole !