vendredi 10 janvier 2020

Nouvelles

   Wroblewski vous a abandonnés depuis quelques semaines. Qu'en est-il ? Il est gréviste. Et sans taf, liberté de rompre avec les écrans ! Même si ça lui fait de la peine de ne plus avoir de vos nouvelles et de ne plus vous en donner, quel aération du cerveau, quelle sentiment de liberté de ne plus compresser, chaque jour, dans son petit cerveau, toutes ces images et informations, tous ces sons ! Les yeux, les oreilles et la tronche au repos, ça ne veut pas dire que Wrobly ne fait rien, il mène une grève active : 

   - Il va au cinéma :

Une bande de trois voyous de la départementale 93 (plus communément appelée "BAC"), se voit donner une bonne leçon par une ribambelle d'enfants joyeux, pleins de vie et de santé. Un film exemplaire pour toute la famille (il y a même des animaux pour les plus petits !). Ma dernière actu ciné.

   - Il fête Noël sur un piquet RATP à l'heure où Paris s'éveille selon Jacques Le Glou :

Dépôt Pleyel, Saint-Denis (93). Les camarades ont besoin de nous ! Liste ici.



   - Il va écouter des concerts d'Oud :


   - Ce qui ne l'empêche pas d'aller fêter la Sylvestre à Berlin :




   - Ville qu'il n'avait pas revue depuis 2010 et 2013, alors il fait son touriste :

L'ex-ouest.

L'ex-est.

 L'ex-frontière. Vue de l'ex-est.

Connu pour son incendie-canular (1933).

Église au bonne d'âne.

- Pour finir, pas plus tard qu'hier, par un festival de chorale !

Une magnifique manif, pas ennuyé une seconde, c'est rare. J'aurais pu photographier ou filmer plein de trucs chouettes, mais j'ai choisi d'en profiter pleinement, mains dans les poches et nez au vent (et aux gaz), bichant de l'ambiance et des rencontres. Spéciale jubilation avec le cortège LGBT.

   Aujourd'hui, W. a la crève, et puis les distances de manif en double voir en triple ou en quadruple pedibus because pas de transports ça l'a achevé, faudrait pas vieillir, alors pas de piquet, pas d'AG, pas de manif, il reste à sa maison pour vous écrire.

   A bientôt, s'il y a encore des ordis après l'abolition du nucléaire, de son État, de ses classes, de son mode de production, de ses rapports sociaux, de son monde (j'en oublie).

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Y a un tour de parole !